7 bonnes nouvelles sur le charisme

Le charisme est un mot magique. Prononcé dans un contexte d’apprentissage, il suscite haussements de sourcils et scepticisme.  Le charisme serait-il, comme un billet de loterie gagnant, un don réservé à quelques chanceux?  Ou, au contraire, peut-il s’acquérir et se développer ?  Et si c’est le cas, quelle est donc la recette de ce fabuleux et mythique cocktail 

1 – Le charisme peut s’apprendre. S’il est vrai que certains détiennent déjà un potentiel élevé, chacun d’entre nous peut le développer. Il suffit de voir les progrès de certains hommes politiques, pour s’apercevoir que même les cas que l’on pensait désespérés peuvent se travailler.

2 – Le charisme est indépendant de l’aspect esthétique du physique.  Mais il est vrai qu’il réside à plus de 80% dans le comportement non-verbal : la manière dont on « habite » son corps, la posture, les gestes, le regard, les expressions du visage, la voix, le ton, le rythme, les silences, etc.   C’est par votre comportement non-verbal que vous envoyez des « signaux » à vos interlocuteurs.  Ils se forment alors un jugement sur vous et décident – sans en être conscients – si vous êtes une personne de confiance, compétente ou non, sympathique, puissante, etc.  Ce jugement se fait dans les quelques premières secondes de votre rencontre, et de manière totalement inconsciente.  Ce n’est qu’après que l’on va tenter d’interpréter cette première impression. On pourra dire qu’on ne « sent pas » la personne, qu’elle « sonne faux », ou que l’on voit que quelque chose n’est pas clair chez elle.  Augmenter son potentiel charisme, cela demande de modifier ce signal de l’intérieur et d’être authentique et sincère, car sinon vous serez démasquée de manière tout aussi rapide et inconsciente. 

3 – Le charisme est une compétence du “savoir-être”. Ce n’est donc pas un “savoir” ou “savoir-faire”. Cela peut expliquer pourquoi on pourrait croire qu’il ne s’apprend pas. Et pourtant les compétences du savoir-être peuvent s’apprendre. L’influence, la créativité sont des potentiels à développer mais ils ne s’apprennent pas dans les livres.  Ils s’expérimentent en faisant un travail sur soi.

4 – Les spécialistes du comportement ont beaucoup étudié ce sujet fascinant pour en dégager les composantes.  Leur conclusion: c’est une alchimie subtile de pouvoir, de chaleur et de présence. Des exercices peuvent vous faire progresser sur chacune de ces trois composantes. Ils combinent pleine conscience, jeux de rôle, visualisation et techniques de centrage. Ce ne sont pas des exercices qui font appel à l’intellect ou à une connaissance particulière. Ils sont donc à la portée de tous.

5 – Parce que l’on travaille sur soi et sur le savoir-être, le changement s’inscrit dans la durée. Chaque petite amélioration est immédiatement observable et augmente le potentiel de manière profonde et durable.  Ces compétences et améliorations s’intègrent en nous, et deviennent comme une seconde nature. 

6 – S’il est indispensable pour les dirigeants (même s’ils n’en sont pas toujours dotés, et les exemples ne manquent pas), le charisme n’en est pas moins utile pour chacun, car il améliore significativement la qualité de votre vie professionnelle et personnelle.

 
7 – Augmenter son charisme aura des bénéfices secondaires: vous aurez appris à vous centrer, à gérer des situations, des émotions et des personnes difficiles, et aurez appris à mieux vous connaître et à réellement vous apprécier.

Bref, en développant son potentiel charisme, il n’y a rien à perdre et tout à gagner! Image Continue reading